Accueil » Culture » Lumières sur Dieynaba Sidibé, première femme graffeuse au Sénégal

Lumières sur Dieynaba Sidibé, première femme graffeuse au Sénégal

De nos jours, plusieurs métiers artistiques n’ont plus de secrets pour les femmes. C’est le cas du graffiti artistique dans lequel excelle depuis son jeune âge Dieynaba Sidibé, première femme graffeuse du Sénégal.

Une passion cultivée depuis l’enfance

C’est depuis son bas âge que Dieynaba Sidibé a commencé par nourrir un vif intérêt pour l’art. Toute petite, Dieynaba payait de sa propre poche les accessoires dont elle avait besoin pour peindre. Toutefois, cette passion qui se cultivait chez la jeune fille n’était pas vue d’un bon œil de la part de ses parents, notamment sa mère qui la prédestinait à une carrière en médecine. Et pour décourager cette vocation que choisissait la petite Dieynaba, sa mère n’hésita pas à jeter un jour toutes les peintures qu’elle avait réalisées.

Ayant tenu ferme dans sa volonté d’exercer la peinture artistique, Dieynaba Sidibé se décida en 2008 à 18 ans à se pencher sur l’art du graffiti. « J’ai commencé à peindre des graffitis en 2008 car je trouvais que je pouvais mieux m’exprimer sur un mur, plus spacieux qu’un canevas », raconte la jeune artiste sur ses débuts dans une interview rapportée dans l’article ‘’Dieynaba Sidibé, la première femme graffeuse au Sénégal’’ publié le 1er aout 2017 par Rafaëlle Laurence sur intothechic.com.

L’art du graffiti comme canal de défense des droits de la femme

Ayant rejoint Babacar Niang alias Rapper Matador au Centre Africulturban de Dakar, Dieynaba se donne les moyens de peaufiner son art pour sublimer ses productions. En faisant de ce centre de promotion artistique et social son QG, Dieynaba y apprends beaucoup et s’affirme aujourd’hui comme la première femme graffeuse du Sénégal. Elle se sert du graffiti comme d’une arme redoutable pour assurer la promotion des droits de la gente féminine.

En effet, prenant le pseudo de Zienixx, la jeune sénégalaise de 27 ans peint sur les murs des rues du quartier Pikine à Dakar. À travers ses graffitis, Dieynaba défends l’indépendance de la femme africaine et appelle à la réflexion sur son rang et sa responsabilité dans la société.

Dieynaba Sidibé Crédit photo: one.org

En dehors de la défense des droits de la femme africaine, Dieynaba milite également pour la sauvegarde de l’environnement. C’est pour cette raison que l’artiste graffeuse nettoie toujours son mur avant d’y inscrire sa peinture. S’expliquant la dessus, Dieynaba Sidibé confie dans un échange avec l’Agence Marocaine de Presse « On laisse derrière nous de merveilleux tableaux avec des couleurs vives, mais aussi on incite indirectement les gens à préserver la propreté de leur quartier ».

Au-delà du graffiti

Outre l’art du graffiti, Dieynaba dispose également d’autres talents artistiques dont elle se sert pour sensibiliser le public sur les enjeux de la société. En effet, Dieynaba Sidibé est passionnée de Hip Hop et forme avec Sall Nagari un groupe musical depuis 2008 baptisé « Le Duo ».

Articles similaires