Accueil » Culture » Nathalie Miltat, miroir de la vision des artistes africains

Nathalie Miltat, miroir de la vision des artistes africains

L’Afrique noire regorge aussi de talents artistiques contemporains. C’est ce que compte prouver au monde la franco béninoise Nathalie Miltat dont la principale motivation reste la valorisation de l’art subsaharien.

Pleins feux sur l’art africain avec la première édition du Prix Orisha

Ayant fait ses études à l’Ecole du Louvre ainsi qu’à la Sorbonne en France, Nathalie Miltat est une spécialiste en arts subsahariens. Sa grande passion pour les arts africains l’amène à créer Galerie Noire dès 2005. Avec une dizaine d’années d’expériences dans le domaine artistique, la jeune franco béninoise décide d’élargir les horizons de son entreprise en créant le Prix Orisha à laquelle elle combine l’association Orafrica. Il s’agit d’une œuvre dont le but est de promouvoir les artistes émergents ayant du talent dans l’art contemporain africain.

Ce qui est intéressant avec le prix Orisha, c’est qu’il récompense aussi bien les artistes provenant du continent que ceux qui font partie de la diaspora. S’expliquant sur ses motivations pour le lancement du Prix Orisha, Nathalie Miltat raconte dans l’article ‘’ Nathalie Miltat : « je veux valoriser la vision des artistes subsahariens »’’ publié sur intothechic.com par Eva Sauphie «  Il y a de nombreux prix, mais je souhaitais en dédier un exclusivement à l’art contemporain subsaharien et ses diasporas».

En dépit des couacs connus lors de la première édition du Prix Orisha en 2014 marqué notamment par le refus de l’artiste béninois Kifouli Dossou de recevoir son prix, Nathalie Miltat a néanmoins réussi à drainer du monde autour de son initiative à en juger par l’affluence des visiteurs ainsi que la couverture médiatique suscitée par l’évènement.

Une deuxième édition pour révéler les talents cachés du continent noir

Pour Miltat, il est avant tout important de se libérer des arènes exclusivement réservées aux initiés afin de mieux vulgariser l’accès à l’art contemporain subsaharien aux talents prometteurs. Ainsi cette année, au terme d’une sélection minutieuse, Nathalie donne l’occasion à une douzaine d’artistes émergents de se faire connaitre à travers une exposition au sein de sa galerie. Au lauréat du Prix Orisha 2017 qui sera connu le 03 octobre, Nathalie Miltat offrira un accompagnement d’une année grâce à laquelle il pourra s’émanciper et se faire un nom sur la scène artistique en Hexagone et sous d’autres cieux.

À l’instar de AfricaNow, Art/Afrique : le Nouvel Atelier à la Fondation Louis Vuitton ou encore Afriques Capitales, l’activisme de Nathalie Miltat en faveur de l’art contemporain subsaharien s’inscrit dans la lignée du printemps artistique de l’Afrique à Paris. Toutefois, il faut nuancer car la jeune femme contrairement aux autres promoteurs d’évènements culturels se retrouve quasiment seule à trimer au four et au moulin. Non effrayée par toutes les responsabilités qu’elle doit assurer pour la bonne marche de son entreprise artistique, Nathalie Miltat déclare «…mais cela vaut la peine. Je veux valoriser la vision des artistes africains-subsahariens ».

Articles similaires