Accueil » Culture » BMK-Paris-Bamako : l’entreprise gastronomique de Fousseyni Djikine

BMK-Paris-Bamako : l’entreprise gastronomique de Fousseyni Djikine

Âgé de trente ans, Fousseyni Djikine, ancien consultant d’origine malienne vient de lancer une entreprise gastronomique pas comme les autres. Avec son épicerie cantine BMK Paris-Bamako installée à proximité du quartier de Château d’eau très fréquenté par les ressortissants africains, il essaie de révolutionner la restauration africaine au sein de la communauté afro de de Paris.

Un concept de gastronomie africaine inédit

BMK Paris-Bamako est une cantine gastronomique dont la finalité est de faire la promotion de la culture africaine à travers les arts culinaires. Allant plus loin, le lieu gastronomique attache un point d’honneur à expliquer les concepts et produits entourant la cuisine africaine à sa clientèle. À propos, le promoteur de cette cantine, Fousseyni Djikine déclare en évoquant les motivations qui l’ont conduit à créer BMK Paris-Bamako dans un entretien accordé à Forbes Afrique « pour vraiment bien connaître la culture africaine, me reposer uniquement sur la restauration n’était pas suffisant et donc, il fallait aller beaucoup plus loin pour bien expliquer aux personnes les concepts, les produits qu’il y a autour de la cuisine ».

Ainsi, à l’aide de son site internet, Djikine met à disposition de la clientèle curieuse, les indications de recettes à la carte avec les ingrédients employés dans les spécialités africaines servies au menu.

Par ailleurs, le restaurant de BMK Paris-Bamako dispose d’une épicerie composée d’étagères servant de lieu d’exposition aux packagings de bouteilles de divers jus et autres.À travers cet espace, l’entrepreneur envisage faire approprier au public le produit ainsi que les recettes pour en faciliter la confection à domicile. La finalité du concept, c’est de réunir en un seul endroit gastronomique, la culture et l’art culinaire de l’Afrique dans toute sa globalité.

Un goût pour la restauration hérité de son père

Sa passion pour la restauration, Fousseyni Djikine l’a hérité de son père qui lui aussi a été gérant d’un restaurant parisien, « La Rhumerie ». Revenant sur les années pendant lesquelles il a travaillé avec son père, l’entrepreneur malien explique : « J’ai fait quelques petits boulots avec lui quand j’étais plus jeune, donc, j’ai pu tremper dans ce milieu-là. D’un côté, cela m’a permis de découvrir le milieu et de savoir à quoi je m’attendais. »

Une entreprise familiale

Entouré de sa famille et bénéficiant de leur soutien, Fousseyni parvient à partager avec la communauté africaine basée à Paris, les produits de ses talents culinaires. En effet, sa mère lui fournit une aide considérable dans la confection des mets traditionnels tel que le « Mafé » et dans l’élaboration des recettes modernes et novatrices. En ce qui concerne le jeune frère de Fousseyni, il se consacre à opérer en salle. Quant au patriarche de la famille, il n’hésite pas à apporter de temps à autres un coup de main.

Réalisant 80 couverts par jour dans son épicerie-cantine, Fousseyni Djikine espère développer son entreprise à laquelle s’associent également de petits projets pour la promotion de la culture africaine.