Retour du succès pour le café du Burundi

Avec le retour du bon goût du café du Burundi, un nouveau développement de cette activité peut être envisagé.

Café au goût corsé sans amertume avec une saveur profonde d’agrumes et de baies sauvages comme la mûre et l’airelle, le café du Burundi est un arabica doux qui pousse dans la région nord du pays entre ciel et terre.

La filière du café apporte depuis longtemps en moyenne 70% des recettes en devises du Burundi et fait travailler 600 000 ménages ruraux qui revendent leur production à des commissionnaires ou aux stations de lavage propriétés de l’Etat.

un déficit de bonnes pratiques agricoles à tous les stades

burundi cafe buzz africa 2La production de café sur la campagne 2013-2014 représentait moins de la moitié de la précédente, avec 10 000 tonnes contre 23 000 tonnes, et a été à peine meilleure en 2014-2015 avec 13 790 tonnes. Les motifs en sont particulièrement le vieillissement des plants de caféiers, le manque de fertilisants et les aléas climatiques. Il y a aussi un déficit de bonnes pratiques agricoles à tous les stades, depuis la culture jusqu’à la torréfaction.

Ces difficultés agronomiques ont également pénalisé le café pendant plusieurs années car les cerises flottantes mal récoltées et mal stockées peuvent être contaminées par des bactéries qui donnent un mauvais goût de pomme de terre au café et nécessitent un tri manuel des cerises.

Objectif : favoriser le café de qualité supérieure

L’objectif maintenant est de se positionner sur le café de spécialité en favorisant le café de qualité supérieure et d’atteindre en 2021 une production de 30 000 tonnes, grâce à l’appui financier de la Banque mondiale qui devrait permettre l’investissement de 81,2 millions de dollars.

Après avoir effectué des essais sur 400 variétés d’Inde, Ethiopie, Kenya, Rwanda, Ouganda et Brésil, 6 variétés sont en cours de diffusion, sur les 9 cultivars les plus prometteurs en terme de productivité et qualité. La mise à fruits nécessitant 3 à 4 ans pour le caféier, aucun retard n’est permis pour atteindre cet objectif.

Lien utile :Institut des sciences agronomiques du Burundi

Sources des images :rfi.fr et producteurs-du-monde.com

Articles similaires