5 milliards pour le projet de restauration et de protection du lac Bam au Burkina Faso

Le plus grand lac d’eau douce du Burkina Faso est depuis plusieurs années menacé de disparition. D’une capacité de 41,3 millions de m3 sur une superficie de 2610 km2, le lac Bam est la plus grande retenue naturelle d’eau de surface du Burkina Faso. Aujourd’hui, la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a annoncé un projet de restauration et de réaménagement du lac permettant de sauver, protéger et valoriser le lac et la région.

Un endroit unique et important pour la région et ses habitants

Le lac Bam fait partie des zones humides à fort potentiel économique, écologique et social du Burkina Faso. Le lac génère des terres cultivables sur une superficie de plus de 2000 ha. Environ dix groupements sur neuf communes réalisent un chiffre d’affaire annuel de près d’un milliard de FCFA, selon le ministère de l’Agriculture. La pêche est également une activité importante, permettant aux villageois une activité commerciale dans toute la région.

Un endroit en péril

Les causes majeures de dégradation du site sont notamment la croissance démographique, le changement climatique, la déforestation et le surpâturage, l’irrigation trop importante et le développement d’espèces florales invasives. Un exemple flagrant sont les chiffres de la pêche avec une chute de production de poissons passée de 820 tonnes en 1960 à 60 tonnes en 2000. L’homme, de par son activité sur le lac, a malheureusement endommagé tout l’écosystème et le lac est aussi menacé d’ensablement depuis longtemps.

Plusieurs projets ont donc vu le jour ces dernières années. Aujourd’hui, les autorités nationales ont donc entamé des plans pour la sauvegarde et la valorisation du lac.

Un pôle de développement économique

Il est donc temps d’agir et de ne pas allonger les études sur le sujet. C’est pourquoi la Banque ouest-africaine de développement a annoncé vouloir dégager environ cinq milliards de FCFA pour le financement du projet de restauration, de protection et de valorisation du lac Bam, a annoncé le ministère en charge de l’eau du Faso.

L’apport de la BOAD sera consacré à l’aménagement et l’équipement de deux périmètres à l’aval du seuil d’environ 240 ha et de huit périmètres à l’amont du seuil d’environ 282 ha nets irrigués. Selon les prévisions, les travaux seront répartis en 18 étapes et devraient coûter environ 57 milliards de francs CFA. La première phase, prioritaire, nécessite quant à elle un montant de 14 milliards de FCFA et s’étendra sur dix ans.

Le projet vise demain à faire du lac Bam un pôle de développement économique pour la région du Centre- Nord du Burkina et aura comme objectif également de promouvoir l’élevage et la pêche, renforcer les capacités des populations bénéficiaires et soutenir des actions de protection de l’environnement.
Photos : ecodufaso.com, Lefaso.net et Bayiri.com

Articles similaires