Accueil » Politique » Saran Sérémé, le futur visage du Burkina Faso ?

Saran Sérémé, le futur visage du Burkina Faso ?

Saran Sérémé, c’est le nom du candidat ou plutôt de la candidate à l’élection présidentielle au Burkina Faso qui aura lieu le 11 octobre 2015. Agée de 48 ans, «l’amazone de Tougan» représentante du parti pour le développement et le changement (PDC) est en passe de devenir la deuxième femme dirigeante du continent africain après Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Libéria.

Un programme politique ambitieux

«Changement du comportement et de mentalité pour un développement équitable et harmonieux du Burkina». Tel est le projet de société de Saran Sérémé qui entend en premier lieu bâtir une économie « forte » et « durable ». Le Burkina Faso est un pays qui comporte des régions aux forts contrastes avec toutefois d’importantes ressources et c’est sur la base de ces ressources que Sérémé compte développer une politique économique de renom notamment comme elle l’affirme si bien, en développant « une économie à partir des potentialités existantes et propres à chaque région ».

Trois piliers pour le Burkina Faso de demain

On peut ainsi dégager trois grands axes d’action principaux. Dans un premier temps la femme politique souhaite donner une priorité à l’agriculture. Quand on sait que la prévalence de la malnutrition se situe à un taux supérieur au seuil de 10% dans 9 des 13 régions du pays, l’on comprend l’enjeu majeur que représente le secteur agricole.

saran sereme burkina buzz africa 2Second projet d’envergure pour la candidate du PDC, mère de deux enfants: la santé. Là aussi, la situation est peu reluisante. En effet, au Burkina Faso, près de 70% des enfants décèdent de maladies évitables et les enfants issus des familles les plus pauvres ont un risque important de mourir avant l’âge de 5 ans.

Enfin, Saran Sérémé entreprendrait une plus juste redistribution des bénéfices de l’activité minière du pays. Un objectif fort de sens et symbolique qui ferait du Burkina Faso un exemple sur le continent africain.

Une femme bientôt à la tête du Burkina Faso ?

Saran Sérémé a aussi un passé qui la place dans une position confortable. En effet, la femme politique a été faite prisonnière pendant les heures bouleversées de la révolution burkinabé ainsi qu’en 1987. C’est donc bien une figure de militante engagée ayant pris des risques considérables pour son pays qui lui colle désormais à la peau. Un avantage de taille.

Quoiqu’il en soit la candidate, ayant un passé politique déjà imposant (elle fut principalement députée de la boucle du Mouhoun et du Sourou) n’est pas très loin de s’installer à Kosyam, la résidence présidentielle située boulevard Muammar-Kaddafi à Ouagadougou. Reste à espérer pour elle de ne pas avoir le même destin que ce dernier!

Photos : huffpost.com et lefaso.net

Articles similaires