Accueil » Politique » Côte d’Ivoire : tous à l’école!

Côte d’Ivoire : tous à l’école!

Cette rentrée de septembre sera historique en Côte d’Ivoire puisque pour la première fois, comme l’avait promis Alassane Ouattara lors de l’élection présidentielle, l’école deviendra obligatoire pour tous les enfants ivoiriens de 6 à 16 ans.

La Côte d’Ivoire était souvent présentée comme un modèle de développement et de stabilité pour le continent africain, jusqu’à la crise politico-militaire à laquelle a du faire face le pays en 2010 et 2011. Plus de 3000 personnes avaient été tuées, et le pays avait gravement souffert de cette tragédie. Depuis, le pays s’efforce de retrouver sa place de leader en Afrique de l’Ouest francophone et surtout de trouver un moyen de pérenniser à long terme les avancées sociales qu’il parvient à mettre en place.

L’éducation, un talon d’Achille pour la Côte d’Ivoire

Alors qu’approche la présidentielle d’octobre, il est crucial pour la Côte d’Ivoire de parvenir à démontrer sa capacité à éviter l’écueil de la guerre civile et à maintenir une continuité démocratique dans ses institutions. L’annonce de l’école obligatoire est dans ce sens un signe fort et enthousiaste pour un avenir mieux construit et raisonné. Avec un taux d’alphabétisation de 56,9%, la Côte d’Ivoire fait preuve d’un niveau très faible en la matière, et se retrouve également au rang des mauvais élèves en termes d’indice de développement humain, puisqu’elle occupe la 171eme place sur 187.

Le syndicat national de l’enseignement primaire public de Côte d’Ivoire estime à environ 30% la proportion d’enfants qui dans le pays ne peuvent se scolariser de façon régulière dans le pays, par manque d’infrastructures ou par manque de moyens financiers des parents. La subsistance alimentaire étant un besoin qui ne souffre aucun délai, nombre de jeunes Ivoiriens sont contraints de travailler pour se nourrir avant de se préoccuper d’éducation.

Une tache difficile

La mise en œuvre d’un projet de cette envergure en seulement 3 mois peut sembler compliquée : un tel programme nécessite la construction de salles de classe correctement équipées, le développement d’infrastructures permettant aux populations les plus isolées d’avoir accès aux écoles, et le recrutement de nombreux professeurs. Mais c’est bien l’ensemble de ces facteurs qui sera pris en compte puisqu’un total de 700 milliards de francs CFA (soit environ 1.06 milliards d’euros) seront mobilisés afin de construire 4500 classes et engager 5000 professeurs, en majorité dans le primaire.

L’autre difficulté réside dans le changement des mentalités. La population est encore durement touchée par les difficultés financières et sa partie la moins scolarisée vit depuis longtemps sans autre solution que d’envoyer ses enfants travailler pour survivre. Une campagne de sensibilisation sera donc lancée, et des amendes, voire des peines de prison, pourront être prononcées à l’encontre des parents n’envoyant pas leurs enfants à l’école.

Cette politique de scolarisation obligatoire va dans le bon sens, et il s’agit indéniablement d’une avancée historique pour le pays. Mais comme pour tout changement significatif, Alassane Ouattara devra – en cas de réélection – faire preuve d’habileté et de ténacité pour le voir s’imposer de façon durable.

Photos sources : ivoiredd.org