Accueil » Politique » Thuli Madonsela : c’est l’heure du bilan!

Thuli Madonsela : c’est l’heure du bilan!

Sept ans non renouvelables, c’est la durée du mandat du médiateur de la République en Afrique du Sud. Depuis octobre 2009, Thuli Madonsela, avocate et femme politique sud-africaine, joue ce rôle de défenseur public avec pour objectif de lutter contre la corruption politique. Un rôle qu’elle a tenu avec brio et pour lequel il faut aujourd’hui lui trouver un successeur. Portrait de cette femme d’action.

Thuli Madonsela : une femme engagée

Thuli Madonsela a grandi dans le township de Soweto et milite auprès de l’ANC pendant les années d’apartheid. En 1990, à la suite de sa licence en droit, elle se lance dans la politique et travaille notamment à la rédaction de la nouvelle constitution et participe aux travaux de réforme du droit sud-africain. Elle a 47 ans en 2009 lorsqu’elle est nommée médiatrice de la République par le président Jacob Zuma.

Le défenseur public

Quel est le rôle du médiateur de la République, également appelé défenseur public ? Sa naissance remonte à la nouvelle constitution sud-africaine. Le premier défenseur public est nommé à la suite des premiers scrutins post-apartheid, en octobre 1995. Le rôle central de ce personnage public est la lutte contre la corruption politique, à partir d’enquêtes sur les dysfonctionnements ou les abus de pouvoir. La limite de ses actions tient au fait qu’il n’a pas de pouvoir coercitif, il ne peut qu’émettre des recommandations.

Le mandat de Thuli Madonsela

Thuli Madonsela 2La grande différence entre l’avocate, première femme médiatrice de la République, et ses prédécesseurs est son intégrité et son efficacité. Les mandats de Selby Baqwa, premier défenseur public nommé en 1995, et Lawrence Mushwana, en poste de 2002 à 2009, n’ont pas été marqués par des résultats exceptionnels. Contrairement à Thuli Madonsela qui s’est fait connaître pour le traitement de cas épineux voire dangereux. La médiatrice doit en effet vivre sous protection policière, suite à des menaces de mort reçues en mai dernier. Ses affaires les plus célèbres sont ses enquêtes sur le président Jacob Zuma suite à des plaintes concernant les dépenses publiques engagées pour la propriété privée du président. Une autre enquête de la médiatrice a conduit au renvoi du chef de la police nationale.

Et après ?

Le mandat de la médiatrice prend fin en octobre prochain. Il est donc temps de lui trouver un successeur. Mais il également temps pour l’avocate de penser à la suite. Elle a récemment annoncé à la presse vouloir prendre une année sabbatique et pourquoi pas se lancer dans la mode et la confection de prêt-à-porter.

Sources des images :  mg.co.za et en.wikipedia.org