Après le Brexit, Tobias Ellwood recherche de nouvelles ressources en Afrique

Tobias Ellwood est, depuis 4 mois, le nouveau ministre britannique en charge du Moyen-Orient et de l’Afrique. Issu du parti conservateur, il joue un rôle primordial dans la recherche de ressources du pays suite au Brexit de juin dernier. Sa première mission est de rassurer le continent : Brexit oui … mais sans grand changement pour l’Afrique voire même, peut-être, une belle opportunité.

Le Royaume-Uni et les pays d’Afrique

Lors d’une conférence Tobias Ellwood a déclaré que « Le Royaume-Uni a des liens solides et durables avec l’Afrique » et qu’il tenait à ce que les populations africaines sachent que Londres cherche à garder la cette coopération internationale et que le pays sera toujours engagé envers le continents africain même si le royaume se retire de l’Union européenne ».

Le British Exit du 23 juin 2016

ellwood-afrique-brexit-2Après le référendum du 23 juin, la majorité des Britanniques ont décidé de sortir de l’Union européenne et malgré les différents problèmes survenus dont la chute du livre sterling. Le gouvernement a tenu à rassurer ses partenaires hors de l’Union européenne et il a judicieusement nominé au poste de ministre en charge du Moyen-Orient et de l’Afrique Tobias Ellwood. Ce conservateur de 50 ans avait déjà, en 2014, occupé la fonction de ministre des Affaires étrangères et du Commonwealth et beaucoup de dirigeants africains l’appréciaient pour son expérience et sa connaissance du continent. Une façon de prouver que le Brexit n’allait pas apporter de grands bouleversements et que les interlocuteurs restaient les mêmes.

D’ailleurs Ellwood a tout de suite voulu rassurer des gouvernements  logiquement inquiets de voir un de leurs partenaires majeurs basculer dans une période de flou. Ainsi, lors de sa tournée d’été, il a mis un point d’honneur à exprimer la volonté d’accompagner les pays africains dans leur croissance.

L’Afrique, une chance de se relever du Brexit

Le continent est devenu un enjeu majeur pour toutes les puissances économiques. tout le monde le dit et le répète: l’Afrique possède un grand potentiel économique et une majorité des régions ont une prévision de croissance de 5 % par an, voire plus pour certains pays. Pour Theresa May, la Premier ministre, la croissance économique de l’Afrique « est pour Londres une possibilité économique de se relever du Brexit ». Le premier gouvernement « post Brexit » souhaite ainsi user pleinement du potentiel économique de l’Afrique pour sortir son pays des inconvénients de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Dès lors le Brexit deviendrait presque une bonne nouvelle pour le continent.

De plus que, avec un réseau diplomatique composé de 35 missions réparties entre les 19 bureaux du British Council et les 16 bureaux du ministère du Développement international, le 10 Downing Street entretient de forte relation avec le continent et peut avec aisance s’aider des fortes ressources.

L’espoir pour l’avenir est également d’une importance capitale


ellwood-afrique-brexit-3Mais, avant de voir le potentiel économique de l’Afrique, pour Tobias Ellwood le plus important est de stabiliser la situation en Afrique centrale et de l’Ouest dans le but de redonner espoir à une population jeune et active. Tobias Ellwood souhaite entretenir des relations avec l’ONU pour arriver à stabiliser la sécurité au sein du continent et, avec les Etats-Unis et la France, lutter contre l’épidémie d’Ebola et l’amélioration de la sécurité en Somalie. Le ministre souhaite avant tout aider la population africaine à sortir de ses nombreuses difficultés. Tobias Ellwood montre, après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, que son pays reste avant tout un acteur important à l’international.

L’Afrique rassurée sur l’impact du Brexit, voilà que maintenant une source d’inquiétudes apparait : quelle sera le politique étrangère du nouveau et décrié président américain Donald Trump ? On attend les premiers indices qui nous permettront de décerner sa stratégie pour notre continent.

Sources des photos : dw.com et Gov.uk et africanbrains.net

Articles similaires