Accueil » Sports » MTN-Qhubeka, première équipe africaine au Tour de France

MTN-Qhubeka, première équipe africaine au Tour de France

Le Tour de France 2015 restera bien dans exceptionnel pour l’Afrique! L’évènement en question s’appelle MTN-Qhubeka. C’est le nom de la première équipe africaine (en l’occurrence sud-africaine) à participer au Tour. Et plus important encore : elle compte dans ses rangs cinq coureurs issus du continent africain.

Parmi ces cinq coureurs figurent deux Erythréens: Daniel Tekleaimanot et Merhawi Kudus. Et ce sont bien eux qui vont inscrire dans l’histoire la Grande Boucle à venir. La raison ? Ils seront les deux premiers coureurs Noirs africains à participer à ce qui est reconnu aujourd’hui comme la plus grande course à vélo au monde.

Vers une plus grande internationalisation du Tour

« Une porte qui s’ouvre » ce sont les termes employés par Christian Prudhomme, directeur du Tour de France depuis le 1er janvier 2007. La Grande Boucle a vraisemblablement franchi un pallier et, avec lui, le monde du cyclisme. Alors que le Tour de France est regardé dans plus de 190 pays par des téléspectateurs des quatre coins du monde, pourquoi ses acteurs ne respecteraient-ils pas la même logique: celle d’être un sport mondial avec des coureurs de tous les continents et de toutes les origines?

Et c’est bien de cette oreille que M. Prudhomme entend l’avenir du Tour : « Bientôt, le Tour de France sera composé d’équipes qui viendront de partout. Il y aura des Chinois, des Africains. Le cyclisme de compétition sera universel ».

Une promotion de marque pour le cyclisme en Afrique

Sur le continent, les Tour du Burkina Faso ou autres courses connaissent une popularité croissante prouvant également que l’avenir du vélo est peut-être chez nous et que l’Afrique regorge de talent du vélo. Et cela c’est un quintuple vainqueur de la grande boucle, M. Bernard Hinault, qui l’affirme! D’ailleurs le champion breton assimile le style des coureurs africains à celui des Colombiens. Des Sud-américains aujourd’hui plus que présent au sein de l’une, voire la plus éprouvante, des courses à vélo existantes.

Et puis, c’est bien connu, l’amour d’un sport se transmet par l’existence de grands modèles, d’idoles, de sources d’inspiration auxquels l’on voudrait ressembler par dessus tout : Mercks, Anquetil, Indurain, Coppi, Fignon … Ils ont été les leitmotivs de nombreux grands coureurs de la nouvelle génération.

Des exemples à suivre pour les jeunes Africains

Alors si Daniel Tekleaimanot et Merhawi Kudus saisissent l’opportunité qui leur est donnée à l’occasion de cette 102ème édition du Tour de devenir les exemples à suivre pour les jeunes de Tunis au Cap, de Dakar à Nairobi, alors ils donneront les cartes au continent africain d’être, à son tour, une grande terre de cyclisme qui verra briller ses champions sur les bitumes européens!

Photo cdn.coresites.factorymedia.com

Articles similaires