Accueil » Technologies » « Nairobi X », une invasion d’aliens à Nairobi !

« Nairobi X », une invasion d’aliens à Nairobi !

Avez-vous déjà imaginé une invasion d’aliens à Nairobi au Kenya ? Développeur autodidacte de 27 ans, le Nairobien Andrew Kaggia a peaufiné pendant deux ans le jeu vidéo le plus fou qui va révolutionner l’Afrique ! « Depuis des années, je jouais sur ma console à tuer des aliens dans les rues et sur les toits de Los Angeles et New York. Et puis un jour, je me suis dit : pourquoi est-ce que les aliens débarquent toujours aux États-Unis ? ! Pourquoi est-ce que leurs vaisseaux ne se posent jamais en Afrique ? » (source)

Andrew Kaggia est un visionnaire numérique

Alors que les connections Internet et les ordinateurs sont rares au début des années 2000, Andrew Kaggia apprend seul le code et l’animation grâce à des tutoriels. Visionnaire, il n’accorde peu d’importante aux commentaires de ses amis et parents, qui voient son « passe-temps » comme une perte de temps et qui disaient : « Andrew, il s’est trompé de continent ».

Travaillant dans la publicité en 2013, il a l’intuition qu’il est temps de lancer son premier jeu vidéo. Nairobi X naît après un investissement personnel de 5000 dollars et une perte de 15 kilos pour Andrew Kaggia. Ce sont ainsi plus de six heures de jeu qui vont éclore de l’imagination du Nairobien et récompenser ces années d’apprentissage de code en solitaire.

Un succès grandissant et le sens des affaires pour Andrew Kaggia

nairobi x buzz africa 2

Andrew Kaggia

Andrew Kaggia a eu une idée de génie en ce qui concerne la rentabilité de son jeu. Dans Nairobi X, la publicité est partout. Le joueur recharge ses batteries en buvant des cannettes de Red Bull, monte dans des Land Rover étincelants et parcourt la ville entre des panneaux publicitaires pour la Commercial Bank of Africa CBA. Grâce à son flair, le jeu est rentable et ce sont déjà plus de 21000 téléchargements de la version mobile qui ont été enregistrés après seulement 2 mois d’exploitation.

Des projets prometteurs

Andrew Kaggia aimerait étendre son jeu à toute l’Afrique par le biais de franchise. Aussi comme les enjeux environnementaux ne lui sont pas insensibles, il aimerait développer un jeu sur la protection de l’environnement et des grands éléphants d’Afrique. Enfin, son rêve ultime serait la création d’une école pour former les jeunes au métier de développeur. De quoi voir arriver une génération prometteuse de jeunes africains développeurs !

Sources des photos : YouTube et lemonde.fr