Accueil » Technologies » Vérone Mankou, le numérique dans la peau

Vérone Mankou, le numérique dans la peau

Vérone Mankou, le président-fondateur de la société congolaise VMK fait figure de proue du Numérique congolais. Portrait, objectifs et défis du « Steve Jobs africain ».

Du haut de ses vingt-sept ans, Vérone Mankou fait figure de proue du Numérique congolais. Président-fondateur de la société congolaise VMK (« Vou Mou Ka », soit « Réveillez-vous », en dialecte kikongo, version SMS), il est à l’origine de la première « tablette » africaine, la Way-C, lancée en décembre 2011, du premier smartphone africain, Elikia (« Espoir » en lingala, la langue nationale du Congo), mis sur le marché fin 2012, et de l’Elikia Mokè, un portable multitâche plus usuel, qui connaît depuis sa sortie en septembre dernier un véritable succès, selon son concepteur.

Vérone Mankou : le « Steve Jobs africain »

verone mankou buzz africa 2En 2013, « Forbes » le classait dans le Top 30 des « meilleurs entrepreneurs africains de moins de 30 ans », et l’hebdomadaire économique et financier « Les Afriques » le plaçait dans son Top 12 des « hommes de l’année en Afrique ». Surnommé le « Steve Jobs africain », Vérone Mankou n’entend pas se reposer sur ses lauriers. Alors que ces produits étaient initialement développés en Asie, il vient d’inaugurer le 22 juillet 2015 une toute nouvelle unité de production spécialisée dans les téléphones mobiles et des tablettes numériques à Brazzaville au Congo, où la main-d’œuvre est 15% moins chère qu’en Asie. Vérone Mankou assure qu’à la fin de l’année, « 100% des produits VMK seront montés ici sur place ».

Un produit numérique de qualité à prix abordable

L’idée de Vérone Mankou est de rendre accessible aux Africains un produit numérique de première nécessité et de qualité et cela à un prix abordable. « Il ne suffit pas de proposer de bons produits, encore faut-il qu’ils soient accessibles »( source), explique Vérone Mankou. Il a conscience que le développement économique du Congo ne se fera pas sans Numérique. Inciter la jeune génération à s’y intéresser fait partie des objectifs du jeune entrepreneur. Pour cela il a créé une école du Numérique, la « VMK Académie », afin de former les nouvelles générations qui prendront le relai et de pouvoir recruter des cadres locaux. En effet, le pays souffre d’un manque de cadres qualifiés et recruter des étrangers coûte beaucoup trop cher.

Vérone Makou entend révolutionner le Numérique au Congo, afin de dynamiser la croissance économique et le développement durable du territoire. Grâce à de nouvelles perspectives de communication et de partage des connaissances, le pays entend rivaliser à l’international avec les plus grands champions du numérique. A quand un smartphone « Made in Congo » dans tous les grands magasins d’Europe ? Serait-ce le début d’une nouvelle révolution industrielle en Afrique ? A suivre !

Sources des photos : techofafrica.com et oeildafrique.com

Articles similaires