Accueil » Technologies » Ne soyons pas « digital naives »!

Ne soyons pas « digital naives »!

La protection des données personnelles et l’identité numérique sont des sujets préoccupants au vu d’une actualité marquée par la récolte et la monétisation croissantes d’informations générées par des internautes peu regardants de leur empreinte digitale.

Il y a quelques mois, Chris va effectuer un voyage en Angleterre. Après une demande auprès de l’ambassade, elle reçoit enfin Le visa. Sur ce petit bout de papier, figurent toutes les informations de son passeport, le tout couvert de jolis tampons officiels. Enthousiasmée comme jamais, elle dégaine son Smartphone, prends une photo du visa, y ajoute un philtre ‘vintage’, puis poste directement l’œuvre sur Facebook.

Rapidement, sa communauté réagit, et Chris commence à compter avec délectation les « Like » qui s’enchaînent. Après quelques minutes, un phénomène étrange se produit : des inconnus ont commenté sa photo. La réponse arrive rapidement : ce sont des amis de ses amis, identifiés sur la photo car ils voyagent avec elle. Automatiquement, tout leur cercle de connaissances a accès à cette photo, elle qui pensait pourtant restreinte à son cercle intime.

Impossible de savoir qui a accès aux informations personnelles

Peu de temps après, un bon ami lui envoie un message privé : « Salut ! Tu fais ce que tu veux sur Facebook, mais je voulais juste te prévenir qu’on peut lire ton numéro de passeport sur la photo de ton visa, et toutes tes infos personnelles… Fais attention c’est peut être une mauvaise idée d’exposer ça à des gens que tu connais à peine sur Facebook, l’usurpation d’identité c’est sérieux. » La douche froide est instantanée et malgré sa minute de gloire sur le réseau social, elle supprime la photo. Au final, son identité n’aura été dévoilée sur Facebook que l’espace d’une quinzaine de minutes. Et pourtant, il est impossible de savoir qui a eu accès à ses informations personnelles, et où est désormais passée cette photo supprimée.

vie privee facebook buzz africa 2La génération des « digital natives », qui a grandi avec l’avènement des réseaux sociaux, les a intégrés comme le prolongement naturel de son identité physique, sans se poser de questions. Pourtant, à chaque fois qu’un utilisateur poste une information personnelle sur les réseaux sociaux, il renonce à une partie de sa vie privée.

Le partage de contenu sur les réseaux sociaux n’est pas le plus inquiétant. C’est le comportement de chaque internaute, son « empreinte digitale » qui intéresse les géants de l’Internet comme Facebook, Google ou Amazon. Sur ces sites, chaque clic, chaque partage, chaque page visitée est enregistrée. L’ensemble des données et informations générées par leurs utilisateurs sont ensuite soigneusement étudiées par des algorithmes précis, qui tentent de déceler des schémas de consommation et des centres d’intérêt personnalisés.

Historique de navigation vendue

Vous avez certainement déjà remarqué que sur certains sites marchands, ou même sur Facebook, les encarts publicitaires ont toujours un lien avec vos visites récentes : vous avez fait un tour sur le site d’habillement ASOS? Automatiquement, les encarts vous proposeront des sites de vente en ligne de chaussures, vêtements et autres accessoires. Cette publicité ciblée, basée sur l’historique de navigation, est vendue via les logiciels AdWords de Google, ou encore Beacon de Facebook, le tout à l’insu des internautes.

Il est extrêmement difficile, voire impossible de contrôler son identité numérique. Que cela soit à travers nos données de navigation, ou par les informations que nous postons nous même en ligne sur les réseaux sociaux ou qui sont postées par nos relations, nous sommes tous devenus des personnages publics. Il suffit d’entrer le nom d’un individu sur Google pour avoir accès à son profil LinkedIn, son compte Twitter, et, avec un peu de chance, des photos qui ont échappé à la vigilance du pauvre internaute et lui vaudront peut être sa prochaine opportunité d’embauche. Les recruteurs consultent en effet instinctivement les profils de candidats avant de procéder à un recrutement traditionnel
.
Nous vivons une époque où nos informations personnelles sont monétisées par de grandes entreprises de l’Internet. Le moindre faux pas en ligne peut avoir des conséquences désastreuses comment l’illustrent les vidéos virales atteignant des millions de vues sur YouTube en quelques heures. De nombreuses institutions tierces appellent à une vigilance renforcée, qui passe par une meilleure compréhension des droits à la protection des données personnelles et un meilleur contrôle des paramètres de confidentialité de chacun. Une personnalité numérique vierge de toute empreinte est difficilement imaginable, mais il est encore possible de la protéger au mieux et de la restreindre à un cercle limité. « Digital natives » ne veut pas dire « Digital naïves » !

Sources des images : Huffingtonpost.com et viska.se