3000ecomen : des déchets pour innover

400 pneus abandonnés au bord de la route : chouette une solution pour les 200 prochaines années ! Ce n’est pas du cynisme, mais bien ce qu’a mis en pratique l’association 3000ecomen, fondée par Laurent Libre.

Lorsqu’on voyage sur les routes sénégalaises ou marocaines il est facile de deviner que l’on approche d’une ville sans même regarder les panneaux. Il suffit d’observer le paysage alentour : des déchets de toutes sortes, surtout plastique, amoncelés sur des milliers de mètres carrés, les chèvres s’y nourrissant tranquillement entre deux fumées toxiques. En voyant cette masse de déchets nuisibles le fondateur de 3000ecomen, s’est dit qu’ils pouvaient être… une solution écologique concrète pour résoudre des problèmes locaux.

La technique zéro énergie : zéro électricité, zéro étape de transformation

Dans des pays où le recyclage est quasi inexistant et où la seule solution est de brûler ou d’abandonner les déchets, la technique zéro énergie apparait comme une solution locale, simple, écologique et durable.

L’idée est ingénieuse : permettre aux populations vulnérables aux faibles moyens financiers et souvent délaissées par les pouvoir publiques d’utiliser de nouvelles techniques de fabrication utilisant des déchets et des matériaux locaux, comme la terre, pour construire des bâtiments d’habitat et du mobilier urbain.

3000 ecomen - buzz africaL’avantage écologique de cette technique est évident : les matériaux de construction étant tous trouvés localement, la pollution liée au transport est diminuée. La majorité des déchets trouvés sont utilisés directement : aucune énergie nécessaire pour leur transformation. De plus les matériaux proposés et techniques de fabrication permettent d’obtenir une isolation bien meilleure qu’avec du ciment.

Modèle 4 en 1 : sensibilisation, formation, collecte de déchets et construction

L’idée n’est pas de construire puis de partir. 3000ecomen consacre une grande partie de son temps à sillonner le Sénégal et le Maroc pour aller sensibiliser les populations et former des maçons. La sensibilisation passe avant tout par les écoles. Chaque séance donne lieu à une participation passionnée des élèves, qui mettent en œuvre concrètement ce qu’ils ont appris en construisant du mobilier, ou des parcours sportifs avec les déchets environnants.

Quand des décharges deviennent places publiques

Des écoles, des parcs publics et des bâtiments ont ainsi déjà été fabriqués utilisant cette technique simple. En 2015 se sont 2800 pneus et 11 tonnes de déchets qui sont ainsi devenus utiles pour la société. A Ndande, Sénégal, deux décharges publiques ont été transformées en place publique.

A l’école franco-sénégalaise de Fann, Dakar, des déchets se sont transformés en bancs de l’amitié, destinés à la réconciliation des élèves.

Si tous les déchets plastiques existants étaient réutilisés de la sorte, peut-être aurions-nous enfin une solution durable pour offrir des logements de qualité, dépolluer certaines zones et inciter les gens à réduire leur production de déchets et à réutiliser avant de jeter. Stockez vos déchets pour construire à moindre coût !

Sources des images : echosverts.com et 3000ecomen.com

Articles similaires