Accueil » Technologies » Warayo : la start-up centrafricaine des petites annonces

Warayo : la start-up centrafricaine des petites annonces

Warayo est une jeune startup centrafricaine permettant la publication de petites annonces de Bangui et alentours. Le concept marche bien et le promoteur de l’entreprise envisage déjà d’autres projets ambitieux comme le lancement d’un service de livraison.

Une première en Centrafrique

Jeune ingénieur dynamique, Emmanuel Begoto-Gondjié est le promoteur d’une startup numérique lancée le 01er septembre 2017. Le cheval gagnant de cette nouvelle entreprise, c’est les petites annonces. Location de local commercial, annonces de ventes de paires de chaussures, d’armoires, de postes téléviseurs, avis de recrutement ou encore diffusion de programmes de la télévision nationale, tels sont les créneaux sur lesquels le site Warayo s’appuie pour générer du trafic et rentabiliser.

C’est suite au constatd’absence d’un site pour les petites annonces dans le paysage virtuel centrafricain, qu’Emmanuel Begoto-Gondjié a eu l’idée de l’entreprise Warayo signifiant en langue nationale sango « trouve vite ». Les acheteurs manquaient d’informations pertinentes sur les offres disponibles. Quant aux activités des annonceurs, elles ne disposaient pas d’une visibilité confortable sur le net. S’expliquant sur ses motivations, le jeune ingénieur de 29 ans titulaire d’un Master en développement informatique déclare dans l’article ‘’La start-up de la semaine : Warayo, le Bon coin à la centrafricaine’’ de Jeune Afrique vouloir « faciliter les échanges entre particuliers » et « ouvrir la Centrafrique au monde ».

‘’Un bon coin ‘’ centrafricain ?

La start-up d’Emmanuel Begoto-Gondjié est considérée aujourd’hui comme ‘’Un bon coin’’ de l’univers virtuel centrafricain. En effet, le jeune ingénieur reconnaît les similitudes entre son site de petites annonces et la plateforme de référence. À propos, il confie lors d’un entretien accordé à Jeune Afrique « Je ne cherchais pas vraiment à m’inspirer de ce modèle, mais en commençant à coder, je me suis rendu compte que nous utilisions sensiblement le même algorithme ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que Warayo fait déjà des merveilles dans son univers. En témoigne Crispin Andala, un jeune internaute centrafricain de 27 ans qui raconte : « j’y suis allé trois fois en dix jours : la première fois pour trouver une maison de location pour ma sœur qui venait de Paris, la deuxième afin de vendre mon ordinateur portable et actuellement je l’utilise car je suis à la recherche d’un plombier ».

Les perspectives de Warayo

C’est depuis Fès au Maroc qu’Emmanuel pilote le volet technique de sa plateforme. Il est aidé par ses associés centrafricains qui basés à Bangui, se chargent des volets marketing et communication de l’entreprise. Ayant jusqu’à présent fonctionné sur fonds  propres pour le lancement de son site, Emmanuel Begoto-Gondjié est à la quête de l’appui d’un incubateur afin d’amplifier les actions et la portée de son entreprise numérique. Parallèlement, il mène des négociations avec des transporteurs centrafricains afin de développer un service de livraison payant pour les usagers de son site.

Articles similaires