Accueil » Technologies » Barac : cette start-up qui vous aide à dompter le big data

Barac : cette start-up qui vous aide à dompter le big data

La start-up Barac est une initiative dont la particularité est d’aider les acteurs du monde des organisations et entreprises opérant sur le net à faire l’analyse en temps réel des méga-données. La finalité de Barac, c’est de fournir l’expertise pour une meilleure protection des systèmes informatiques.

Une start-up pour gérer le Big data

Offrir une meilleure neutralisation des virus type Wanna Cry, identifier les fraudes tapies dans l’ombre de milliers d’opérations et donner un traitement accéléré des informations issues d’une multitude de systèmes d’échanges sont entre autres les principaux services de la start-up Barac. En effet, cette entreprise numérique se positionne comme une plateforme qui peut aider les différents acteurs du web à analyser en un laps de temps des méga-données non gérables avec des instruments traditionnels. Barac qui signifie « éclair » en langue arabe est la solution globale pour toutes les entreprises internationales ayant régulièrement recours à l’univers virtuel.

L’œuvre d’un duo d’entrepreneurs tunisiens

Omar Yaacoubi, promoteur de Barac est un tunisien de 31 ans titulaire d’un master de l’Institut Supérieur de Gestion de Tunis. Egalement détenteur d’un Certificat professionnel en innovation et entreprenariat de l’université de Stanford aux Etats-Unis, Omar a eu à travailler sur un programme d’analyse en temps réels de Big data lorsqu’il était en charge de la boite Trick Consulting, experte en gestion de données. C’est au cours de cette expérience que lui est venu le déclic qui l’a conduit au lancement de Barac. En effet, Omar Yaacoubi raconte dans les lignes de l’article  ‘’La start-up africaine de la semaine : Barac, ou comment dompter le big data’’ publié sur le site de Jeune Afrique : « J’avais pour client des opérateurs téléphoniques. Ils voulaient réduire le temps de détection et de réparation des problèmes techniques pour éviter les plaintes des clients qui nuisaient à l’image de la marque ».

Avec son nouveau concept de solutions informatiques, Omar Yaacoubi est rejoint par Mahdi Ben Hamden, un autre tunisien de 43 ans qui séduit par le projet Barac, n’hésite pas à s’y associer pour en devenir cofondateur.

Chemin faisant, six mois après son lancement, Barac fait son entrée dans la cohorte d’entreprises numériques retenues par Techstars, l’incubateur appartenant à la banque britannique Barclays et bénéficie d’un investissement de 120 000 dollars.

Une start-up émergente

De plus en plus impressionnante, la jeune start-up multiplie les POC (Proof of concept) et se positionne comme un pourvoyeur de solutions fiables pour parer aux failles des logiciels tout en décelant et en neutralisant en une fraction de seconde les cyberattaques à l’instar de « WannaCry ».

Grâce à ses prouesses, Barac obtient de Barclays en mai 2017 un important contrat en vertu duquel elle aidera la puissante banque à prédire d’éventuelles activités frauduleuses et pannes susceptibles d’ébranler Barclays UK et Barclays International.

Résolument tournée vers l’avenir, cette start-up tunisienne envisage déployer ses activités pour étendre son influence sur le continent africain.

 

Articles similaires