Accueil » Économie » À la découverte du projet AgriPME

À la découverte du projet AgriPME

AgriPME, entendez Agriculture portemonnaie électronique, est un concept numérique togolais qui facilite la distribution des subventions aux paysans afin de dynamiser l’emploi des engrais dans le secteur agricole. Depuis son lancement en septembre 2016, ce projet connait de très bonnes avancées.

Un projet né d’une visite officielle du président de la BAD au Togo

Tout a débuté en novembre 2015 au cours d’une visite de travail à Lomé du président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Akinwumi Adesina. En effet, lors des échanges, le président togolais Faure Gnassingbé a sollicité l’assistance de l’institution bancaire afin de mettre en place un dispositif permettant d’endiguer la corruption dans le monde agricole et de booster la distribution des engrais subventionnés. C’est ainsi que le concept de téléphonie mobile se basant sur le fonctionnement d’un système similaire au Nigéria a été proposé.

Il faut rappeler qu’à l’époque, le Togo faisait partie des pays au monde utilisant le moins d’engrais. Seulement 6 kg d’engrais étaient employés dans le pays contre les 50 kg conseillés pour obtenir de bonnes productions agricoles.

Un système de subventions agricoles très dynamique

AgriPME est un système dynamique de subventions aux engrais agricoles dont l’objectif est de révolutionner  l’agriculture togolaise. Son mode de fonctionnement est simple. À l’aide d’une plateforme mobile, les paysans obtiennent instantanément en toute fiabilité leurs subventions en intrants. Le concept a été mis en place avec la collaboration de deus opérateurs GSM TogoCel à travers T Money et Moov avec son service Flooz. Dès lors que les exploitants agricoles concernés sont enregistrés, les ressources des subventions mises à leur disposision par l’Etat togolais sont converties par les prestataires GSM en monnaie numérique.

Le ministère togolais des Télécommunication afin d’approvisionner financièrement le dispositif, bénéficie de l’appui de la Banque Africaine de Développement qui a fourni une enveloppe de 1,2 milliards de francs, soit 1,8 millions d’euros en guise d’accompagnement.

Avec le déploiement des subventions agricoles estimées à 1,5 milliard de francs CFA, le gouvernement togolais compte faire parvenir effectivement les fonds aux réels bénéficiaires afin d’éviter la corruption qui gangrénait autrefois le circuit de financement. À termes, c’est tout le secteur agricole togolais qui sortira vainqueur du projet.

Présentement, plus de 100 000 puces ont déjà été offertes gratuitement aux paysans alors qu’on dénombre sur le territoire togolais environ 150 000 petits agriculteurs. Avec l’exploitation de ces chiffres, l’amélioration du secteur représentant 39% du PIB togolais sera plus notable.