Accueil » Technologies » Faso Soap : le nouveau savon pour combattre efficacement le paludisme en Afrique

Faso Soap : le nouveau savon pour combattre efficacement le paludisme en Afrique

Pour combattre le paludisme, deux étudiants de l’institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement du Burkina Faso, Moctar Dembele et Gérard Niyondiko ont joint leur savoir-faire en 2013 afin de concevoir un savon répulsif censé protéger  contre les moustiques. Il s’agit du Faso Soap.

Un savon pour combattre efficacement les moustiques

Favorisé par le Plasmodium, le paludisme est une maladie représentant un défi majeur de santé publique dans les quatre coins du globe et particulièrement sur le continent africain où 270 000 d’individus y vivent sans s’en protéger. Par conséquent, l’Organisation Mondiale de la Santé dénombre chaque année près d’un million de victimes. Si la lutte contre ce fléau s’est accentuée ces dernières années autour de la guerre aux moustiques, les insectes de leur côté sont devenus plus résistants que par le passé et ne succombent plus systématiquement à tous les insecticides.

Tirant leçon de ce constat, les étudiants Moctar Dembele et Gérard Niyondiko inscrits à l’Institut international d’ingénierie de l’eau du Burkina Faso ont annoncé en 2013 la création imminente de leur produit innovant pour mieux combattre les moustiques vecteurs du paludisme. Il s’agit d’un savon fabriqué à base de microcapsules de substances à forte répulsion naturelle. Le produit est spécialement conçu afin d’adhérer facilement à la membrane corporelle des utilisateurs pour libérer de manière progressive son contenu.

Un nouveau moyen de prévention efficace

À en croire les concepteurs du Faso Soap, le savon aurait la particularité d’éloigner les moustiques plusieurs heures après emploi et serait d’une grande utilité dans la diminution des risques de contamination. En effet, les intéressés déclarent à travers les colonnes de l’article ‘’Faso Soap, ce savon anti-moustique qui pourrait révolutionner la lutte contre le paludisme’’ publié sur le site maxisciences.com « Nous sommes convaincus que le savon sera un nouveau moyen de prévention efficace, en complément des moustiquaires imprégnées et la pulvérisation d’insecticides dans les habitations ».

La finalité du concept, c’est de sauver 100.000 vies en moyenne d’abord, puis de fournir le produit anti-moustique à 30% de la population des 6 Etats les plus ravagés par ce mal endémique. Il faut dire que l’idée d’un savon pour lutter contre le paludisme est assez ingénieuse car comme le faisait remarquer Gérard Niyondiko dans l’article « Grâce au Faso Soap, les gens pourront se protéger contre le paludisme sans même le savoir » publié par Francis AHLE sur mondesanspalu.com, « Le savon fait partie des dépenses et habitudes de tous les ménages africains, du plus pauvre au plus riche. C’est le seul produit qu’on peut rencontrer chez plus de 95% des populations en Afrique Sub-Saharienne ».

Un prototype en avril 2018

Plus de trois ans après le début du projet Faso Soap, de nombreux tests d’efficacité ont été menés et les résultats sont encourageants. Pour l’instant, il a été démontré que l’effet répulsif du savon anti-moustique est de 6 heures au maximum, ce que les promoteurs cherchent à étendre en poursuivant les travaux d’amélioration.

En dépit des difficultés à financer le projet, Gérard Niyondiko et son équipe continuent de mettre les bouchées doubles afin de sortir le premier prototype du Faso Soap à l’horizon avril 2018. Ainsi, les concepteurs du savon ont du se retourner vers le financement participatif qui leur a permis de mobiliser la somme de 70 000 euros pour l’avancement du projet.